Swed oner, graffeur aux mille casquettes

Swed oner, créateur graffeur

Très rapidement plongé dans l’univers du graffiti, Swed One est un artiste graffeur nîmois. Passionné de skate et de culture Hip-Hop, Swes oner peint sur tout type de support (murs, textiles, toiles).

Du graff au portrait, il s’est lancé dans la customisation de casquettes uniques.

Fin Décembre 2016, Swed oner participe au M.U.R de Pérols, avec entre autres une artiste parisienne, Madame. Sur 120m2, Swed oner a rendu hommage à Pablo Picasso, Léonard de Vinci et Salvador Dali en les intégrant au fond de ses lettrages.

Graffiti, l’art d’écrire, dessiner, peindre

Le besoin de peindre et dessiner se perd dans la nuit des temps. La Préhistoire produit les premières peintures rupestres. Selon les goûts, le graff urbain colorera ou détériorera l’espace public.

Le contexte d’urbanisation des années 60 permet un véritable élan artistique dans les rues. Le Street-art, assimilé à un art illégal est souvent clandestin. Directement inspirée des États-Unis, cette forme d’expression explose en France après 1968.

Art ou vandalisme ?

Beaucoup estiment qu’il est difficile d’appeler de l’art ce qu’ils estiment être une dégradation des bâtiments. Les municipalités consacrent alors une partie de leur budget au nettoyage des bâtiments dits  “tagués”.
Pourtant, des graffeurs veulent  tendre à une démarche réellement artistique. Ils créent des fresques aux couleurs multiples et aux formes compliquées. Ces représentations parfois engagées affichent une certaine vision du monde sur les murs, le mobilier urbain ou les trains.

Des noms devenus célèbres ont consacré l’art du graff : Bando, Ernest-Pignon-Ernest, Banski, Jean-Michel Basquiat, Keith Harring, Miss Tic…

Panorama sur le graff

Le graffiti possède une variété de styles tels que le style New-Yorkais, Européen ou Allemand.

A titre purement décoratif, les graffs sont souvent le fruit d’une imagination débordante d’artistes. En France, les pionniers du Street-art se sont faits connaître par des portraits de personnalités allant de Dylan à Gainsbourg, Muhammad Ali en passant par Elvis ou Jimi Hendrix.

En solo ou regroupé au sein d’un collectif d’art urbain, les graffeurs travaillent parfois sur une oeuvre collective mélangeant ainsi les styles et les influences de chacun sur une même oeuvre. Des fresques gigantesques naissent parfois du jour au lendemain, offrant au passant une oeuvre d’art et donnant vie à des quartiers défavorisés ou délabrés.

Du simple tag aux peintures murales, l’art de la rue s’exhibe alors librement à chaque coin de rue.

Ce mouvement peut aussi prendre une dimension politique, on se souvient notamment du mur de Berlin.

https://www.facebook.com/swed.artist

Leave a Comment