Femmes : Pouvoir d’agir en France

Tant qu’une seule femme sur la planète subira les effets du sexisme, la lutte des femmes sera légitime, et le féminisme nécessaire“. Isabelle Alonso – mars 2001.

Depuis toujours, la femme représente la moitié de l’humanité. Pourtant, son égalité en droits vis à vis de l’homme est l’histoire d’un long combat acharné qui date depuis des siècles et continue encore. L’égalité en droits entre homme et femme commence au moment où la femme s’autorise à se placer face à l’homme en étant son égale. C’est un combat intérieur en premier lieu contre les schémas patriarcaux archaïques ancrés dans nos sociétés et hérités de nos grands parents et leurs ancêtres. La femme aujourd’hui est responsable de connaitre ses propres droits pour pouvoir les revendiquer dans son foyer, dans son milieu de travail et dans la société. Pour s’émanciper, il lui reste encore peut-être à détruire ses propres limites familières et imposées. Ainsi elle retrouverait sa vraie valeur de dignité en tant que femmes et être humain.

Les Femmes, leurs droits – 1791 – 1810

1791 : Olympe de Gouges, femme de lettres et femme politique française, publie “La Déclaration Des Droits De La Femme Et De La Citoyenne”. C’est un texte juridique exigeant la pleine assimilation légale, politique et sociale des femmes. C’est le premier document à évoquer l’égalité juridique et légale des femmes par rapport aux hommes. Olympe de Gouges est considérée comme la première femme ayant réclamé l’égalité des sexes dans les institutions. Quoique soutenue par Condorcet, cette déclaration passe inaperçue, elle est refusée dans la Convention. Ce n’est qu’en 1986 que l’écrivaine Benoîte Groult fera connaître cette déclaration dans son intégralité. Olympe de Gouges fut guillotinée en Mai 1793 suite à la rédaction de ce texte.

1804 : le code civil appelé “Code Napoléon”, prévoit que “le mari doit protection à la femme, la femme doit obéissance à son mari“. Il affirme l’incapacité juridique totale de la femme mariée. Celle-ci passe de la tutelle de ses parents à celle de son mari. La femme est interdite d’accès aux universités et lycées. Elle ne peut pas signer de contrat. Il lui est interdit de disposer de biens personnels et de gérer les biens communs. La femme est exclue totalement des droits politiques. Elle ne peut accomplir aucun acte juridique. La femme n’a pas le droit de travailler sans l’autorisation de son mari et lors d’un travail et ne peut toucher elle-même son salaire.

1810 : Le devoir conjugal est inscrit comme une obligation dans le code Napoléon.

Les Femmes, leurs droits – 20ème siècle

1938 : le code Napoléon est aboli. L’incapacité juridique de la femme mariée est supprimée. Les femmes ne doivent plus obéissance à leur époux. La femme a désormais le droit de s’inscrire en faculté. Elle est autorisée à passer un contrat pour ses propres biens. La femme peut posséder une carte d’identité et un passeport.

1944 : La femme acquiert le droit de vote.

1946 : La notion du salaire féminin est supprimée. “A travail égal, salaire égal” s’inscrit dans la législation française. Les femmes n’ont plus à subir, du fait d’être une femme, un abattement sur leur salaire.

1965: La femme est libre de travailler sans l’accord de son mari. La femme a le droit d’ouvrir un compte en banque.

1975 : Grâce au combat de Simone Veil, magistrate et femme d’Etat française, les femmes ont obtenu le droit à l’interruption volontaire de la grossesse.

1992 : Le viol conjugal fait son entrée dans la loi, reconnaissance légale du viol au sein d’un couple. “La présomption de consentement de l’épouse n’existe que jusqu’à preuve du contraire“.

1992 : L’infraction de harcèlement sexuel est introduite dans le code du travail et le code pénal par la loi relative à l’abus d’autorité en matière sexuelle dans les relations de travail. Le harcèlement entre collègues ne pouvait être reconnu comme telle, celui-ci ne pouvait exister vis à vis des tribunaux que lorsque l’auteur des abus sexuels avait un statut hiérarchique supérieur.

Les Femmes, leurs droits  – 21ème siècle

2002 : L’autorité hiérarchique n’étant plus nécessaire, la loi élargit l’incrimination concernant le harcèlement sexuel au travail en introduisant un article pénal :”le
fait de harceler autrui dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle est puni d’un an d’emprisonnement et de 15000 euros d’amendes”.

2010 : La loi concernant le viol conjugal évolue: “la référence à présomption de consentement disparait.Il y a viol lorsqu’un rapport sexuel est imposé quelle que soit la nature
des relations existant entre l’agresseur et sa victime, y compris s’ils sont unis par les liens du mariage.

Les Femmes, situation actuelle en quelques chiffres

Selon l’Obs (2015), 100% des femmes ont déjà été harcelées dans les transports publics. Le Conseil Supérieur de l’Egalité Professionnelle (CSEP) constate que 80% d’entre elles sont confrontées au sexisme au travail. A poste et compétences égales, les hommes gagnent 19,2% de plus que les femmes.

Concernant les tâches domestiques, l’INSEE en 2010 révèle que les femmes leur consacrent environ 1h30 de plus que les hommes par jour.

Concernant les violences faites aux femmes, une femme sur 10 en est victime au sein de son couple et  une femme meurt tous les trois jours dramatiquement sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon. En France plus d’une femme sur 10 déclare avoir subi un viol. Dans la plupart des cas le violeur est connu de la victime.

liens utiles :

Journée Internationale pour les droits des femmes

Centre d’Information des Droits des Femmes et des Familles

Reportage audio : EntreVoix – Article : Zoria

Crédit photo : “Simone, Louise, Olympe et les autres, la grande histoire des féministes” – France 5 –

Leave a Comment