Le skate, un sport porteur de valeurs

 

Le skate, un sport extrême né dans la rue

Le skateboard trouve ses origines dans la rue, en s’inspirant des nouveaux sports de glisse tel que le surf. Le skateboard est généralement considéré comme un sport extrême, même s’il peut être pratiqué à des niveaux bien différents. En tant que discipline, il reste proche de ses voisins de « glisse » tels que le skate électrique (Evolve Skateboards, EvoSkate, Amperskate, entre autres…), le BMX, le X-board, le longskate, le streetboard, la trottinette freestyle et ses variantes. Le street, c’est « skater » dans la rue, faire des figures comme ça, n’importe où, sur n’importe quoi

Le skate, une évolution vers les JO 

A dire vrai, l’ancêtre du skate est apparu dans les années 30, on l’appelait alors « patinette ». Au fil des années et jusqu’au milieu des années 60, le skate va subir de nombreuses évolutions technologiques, que ce soit pour les matériaux utilisés, pour  les planches ou pour les roues. Ses dimensions et ses formes vont également changer, ce qui va l’aider à gagner en popularité auprès de la jeunesse des sixties. De nouvelles marques vont se faire leur place dans les « skateshop ». On invente de nouveaux « tricks » dans les skateparks : des  tours à 180°, des Barrel jump,etc. Le skate a une actualité de plus en vue :  Il sera présent au JO de Tokyo en 2020. Le Japon accueillera donc deux disciplines de skate : le Bowl et le Street. Une chance de médaille de plus pour nos athlètes français ?  

Le skate, un moyen d’intégration ?

Les skateurs cherchent encore aujourd’hui à enlever à ce sport extrême son étiquette de pratique pour « délinquants » ou « ados attardés ». En réalité, le skate peut être considéré comme une fenêtre sur la société. Quand on skate, on se balade dans les rues, on rencontre toutes sortes de gens. L’aspect fraternel de ce sport est fondamental ; il encourage la tolérance et l’entraide. Avant tout, les skateurs aimeraient démontrer que ce sport est beau, que tout le monde peut le pratiquer : qu’importe l’âge, la catégorie sociale, ou la couleur de peau. Pour les éducateurs, la pratique du skate permet de rendre concrète et vivante cette transmission de valeurs. On peut espérer que l‘arrivée du skateboard aux JO de 2020 changera elle aussi le regard encore trop péjoratif collé à cette discipline.

Le skate à Nîmes 

Le skate est une discipline répandue dans la ville nîmoise. Nombreux sont les mordus qui se retrouvent dans le centre ville pour les adeptes du street ou bien dans les structures spécialisées comme le  » Bowl », près du stade des Costières, bien connu des Nîmois. On aurait pu craindre une baisse de la pratique du skate à Nîmes avec la fermeture de la boutique « Unlimited » ancien point de ralliement des skateurs.  C’était sans compter sur l’ouverture de la boutique « Ollieday skateshop »,  digne héritière d’Unlimited.

L’association « La Planche à Roulettes Nîmoise » organise des compétitions locales, des démonstrations ainsi que des sorties dans les meilleures infrastructures. De ce fait, elle propose « La Denim Cup », toujours présente à Nîmes depuis 1996. « La Denim Cup » s’inscrit ainsi parmi les événements incontournables du circuit international.

En bref le skate n’est pas près de disparaître dans la ville crocodile. 

Leave a Comment