Siloë, lien social et navigation parés de voiles latines

 

Depuis 1984, Siloë s’engage avec constance pour la réinsertion sociale tout en luttant pour la préservation et la valorisation du patrimoine maritime méditerranéen. Ainsi, au Grau du Roi, Siloë restaure de vieilles embarcations pour une remise en eaux des bateaux et des hommes… Ou comment « reconstruire pour se reconstruire ».

Siloë, éducation populaire et insertion

Quand les cicatrices de la vie détruisent la confiance en soi, il faut retrouver un cap, chercher un nouvel horizon. « Avancer, se sortir de l’endroit difficile dans lequel on se trouve, avoir envie de quelque chose » :  c’est le credo de l’initiateur de Siloë, Jean-Marc Verdeil, père de Fred Verdeil, l’actuel Directeur de l’association.

Ainsi, lorsque vous allez dans les ateliers de charpente maritime de Siloë, personne ne vous demande si vous êtes ancien détenu, demandeur d’emploi, précarisé… Près du mât qui attend de se redresser à côté d’une dérive posée à terre, les équipes se donnent la main. Elles soignent les flancs écaillés, redonnent vie et couleurs à coups de pinceaux, de ciseaux à bois. Plus tard, lorsque la petite barque ou le navire de pêche hauturier virera pour Sète ou Le Frioul, la fierté d’avoir sauvé ces bateaux ne sera pas moins grande que l’espoir gonflant les cœurs : d’aucuns qui ne croyaient plus que « possible » se conjugue avec avenir retrouveront bon vent et bonne mer.

Siloë : s’embarquer « pour de vrai » pour des sorties et des croisières

De la petite barque au navire de pêche hauturier, après les restaurations réalisées dans les ateliers de Siloë, tous sont en état de naviguer. Et aucun n’a la vocation de rester en cale derrière les murs d’un musée marin. Tout comme les équipes qui les ont sauvés de l’oubli et qui repartent vers des vies transformées, les bateaux vogueront vers le large. « La Valentine », « le Bir-Hakeim », « la Mireille », « la Nicole », « le Ratamare » accueilleront des équipages d’enfants, d’adolescents ou de promeneurs curieux de l’environnement et du littoral. Ainsi, par exemple, trois bateaux de Siloë emmènent des enfants relâcher en mer des tortues marines soignées par le Cestmed. (Centre d’étude et de sauvegarde des Tortues Marines de Méditerranée).   Autre exemple : Des adolescents financent leurs rêves d’aventure et fendent les vagues vers Sète pour un mini-séjour sur la Valentine.

Siloë, des actions tout azimut

Sauver les derniers bateaux de travail, découvrir la spécificité de la faune et de la flore, nettoyer des plages sont autant d’actions impliquant les Graulens (habitants du Grau du Roi) qui soutiennent et font vivre l’aventure Siloë, dont les voiles latines resteront gonflées encore longtemps contre vents et marées.

 

Infos complémentaires : Siloë

 

 

Leave a Comment