Rempailleur, un métier traditionnel aux méthodes inchangées

Le Rempaillage ou Cannage de chaises, fauteuils… consiste à remplacer la garniture originelle de sièges usés, abîmés,  vieillis par le temps, avec des méthodes à l’ancienne. Malgré l’ère du synthétique, le métier de rempailleur est bien loin de disparaître.

Rempailleur, un artisanat de patience et de méthode

Pour réparer les meubles qui lui sont confiés, le rempailleur  utilise de la paille ou tout autre matériau naturel.  Ainsi, il respecte des étapes de fabrication précises. Pratiquer le rempaillage nécessite une certaine force. D’abord il faut tirer sur la fibre naturelle, la fixer en nœuds marins, puis bourrer l’assise avec de la paille. De ce fait, une chaise pourra demander entre trois et quatre heures de travail.  Un radassier (canapé ancien en bois et paille) exigera environ deux  jours de travail.

Parfois, le rempailleur est amené à pratiquer le cannage, technique de tissage artisanal : le rempailleur fixe les brins de rotin sur le pourtour de la chaise et les  entremêle savamment. (Moins authentique, mais conservant néanmoins l’esthétisme du rotin naturel, le cannage peut être maintenant tissé mécaniquement.)

« La Chaiserie », un atelier de rempailleur traditionnel

« La Chaiserie » est une entreprise spécialisée dans le cannage et le rempaillage à Nîmes. Depuis 1992, elle est gérée par Guillaume  Delor, l’un des derniers artisans rempailleurs de Nîmes.  A l’âge de 16 ans, Guillaume a appris le métier de rempailleur avec  son père perpétuant ainsi un savoir-faire de tradition familiale.

Dans son atelier, Guillaume  Delor  sait redonner une nouvelle vie au mobilier ancien qui lui est confié. Tout comme son père le faisait avant lui, il utilise des matériaux 100 % naturels comme  la paille de marais dont la couleur varie du beige au vert. Mais pour un paillage coloré, elle sera entourée de paille de seigle. S’il se procure du rotin en rouleau, il peut également le fabriquer lui-même afin d’obtenir à la demande du client d’une couleur ou d’un calibre particuliers.

Si vous trouvez une vieille chaise abandonnée livrée aux vents et aux bourrasques, vous poussez l’apporter à La Chaiserie, 724, avenue Maréchal-Juin. Tél. 04 66 04 18 24. Guillaume la ressuscitera avec des gestes précis et minutieux , sans jamais utiliser un seul outil électrique.

Liens : La Chaiserie

Leave a Comment