L’herboristerie, un métier qui prend de la graine

« L’herboristerie est un métier presque aussi vieux que le monde. Il consiste à utiliser des plantes pour garder une bonne santé ou se soigner. »

Les origines de l’herboristerie

En Europe, les premières traces de ce métier remontent au Moyen Âge. Les professionnels se faisaient appeler herbiers, puis herboristes. La vente de plantes et de médicaments à base de plantes créa une concurrence entre médecins et apothicaires. En 1940, l’état français supprime le diplôme d’herboriste.

Toutefois, les professionnels ayant obtenu ce diplôme avant cette date continuent d’exercer. Depuis, seuls les pharmaciens sont autorisés à vendre ce type de médication.

Le marché de l’herboristerie

Si le marché de l’herboristerie est en plein essor, c’est grâce à l’intérêt croissant de nombreux consommateurs en quête de soins naturels.

De plus, près de 35000 plantes sont à ce jour utilisées notamment par les laboratoires pharmaceutiques. En effet, ceux-ci extraient les principes actifs des plantes pour concevoir les médicaments que l’on retrouvera dans les pharmacies et les centres de soins publics ou privés (hôpitaux et cliniques).

Comment devenir  herboriste ?

Le diplôme n’existe plus, cependant les pharmaciens bénéficient  d’une spécialisation en phytothérapie dans leur cursus d’étude. Ainsi, ils apprennent à maîtriser les principes actifs des plantes qui peuvent apporter des soins dans le cadre d’un traitement préventif ou curatif.

Plusieurs écoles et centres d’apprentissage proposent également des formations en aromathérapie, naturopathie ou botanique mais les diplômes obtenus à l’issue de celles-ci ne sont pas reconnus officiellement.

Zoom sur l’herboristerie locale

A Nîmes, les herboristeries se comptent sur les doigts de la main. La plus célèbre d’entre elles, également la plus ancienne, est dirigée par Monsieur Jacques Henry Lagoutte.

C’est avant tout par passion que ce pharmacien s’est spécialisé dans la phytothérapie. C’est dans les années 50 qu’il crée son herboristerie derrière l’église St Paul au 10 rue Porte de France.

Grâce à ses connaissances et son savoir-faire, il développe très vite une clientèle qui lui restera fidèle.

Retrouver l’interview de Jacques Henry Lagoutte dans le cadre de l’émission « Gard aux oreilles » du 28 novembre 2016.

Leave a Comment