Cordonnier un métier de tradition toujours d’actualité

 

Même « si ce sont les cordonniers les plus mal chaussés« , on ne peut pas se passer des soins de ce chirurgien de la chaussure ! Pénétrer dans son atelier nous transporte souvent dans des senteurs venues d’ailleurs… Comme le rappelle le Littré, le cordonnier est cet artisan qui  travaille le cuir de Cordoue d’où provenaient des cuirs.

Cordonnier, un métier de tradition

Durant de longues périodes, le cordonnier fabriquait des souliers, des bottes, des pantoufles en cuir… Les « raccommodeurs de souliers » se contentaient de les réparer.

Mais les choses changent, les métiers aussi ! Celui de cordonnier consiste maintenant presque uniquement à réparer les chaussures.  Dorénavant, il  colle des talons, il ressemelle. Il met aussi en forme les souliers pour gagner en largeur en  forçant l’empeigne de la chaussure sur un embauchoir en bois.

Les outils utilisés par le cordonnier

Les outils du cordonnier n’ont guère changé. Il utilise le plus souvent les outils de découpage tels que les tranchets. Pour le collage, il utilise des colles appropriées dont la célèbre colle à Poix de Suède Noire. Pour travailler le cuir, il prend un marteau à battre de tailles différentes, un fer à déformer, un alêne à petit-point, un marteau simple, des pinces à monter, une serpette ou encore les crépins…

On peut voir aussi sur ses étagères des produits d’entretien du cuir tel que le vernis, le cirages et la graisse.

Qui est M. Olivier Sébastien, artisan cordonnier  ?

Un CAP en cordonnerie ne lui avait pas permis de trouver du travail dans un premier temps. Ce métier était souvent pratiqué par des personnes proches de la retraite qui ne recrutaient pas d’apprentis ou ne pouvaient pas embaucher.
Aussi, après de nombreuses tentatives infructueuses, Olivier Sébastien entre par pur hasard au 31 rue Emile Jamais à Nîmes chez un vieil artisan qui pratiquait son métier selon la tradition de sa corporation.

Ce vieil homme accepta alors de lui offrir sa chance. Avec lui, Olivier poursuivit durant de longs mois encore son apprentissage. L’anecdote retiendra qu’il n’y a pas de hasard ! Olivier ne le savait pas… Mais il découvrira plus tard que  son père et que son grand-père pratiquaient bien avant lui ce métier de cordonnier .

Actuellement en 2018, Olivier tient son atelier de cordonnerie depuis maintenant 9 ans.

Se former : métier cordonnier

 

Leave a Comment