Compagnons du devoir, entre tradition et mutation

 

Compagnon du devoir : un système traditionnel de transmission de connaissances et de formation à un métier !  Six filières professionnelles s’offrent aux aspirants Compagnons : bâtiment, industrie et métallurgie, aménagement et finition, métiers du goût, métiers du vivant et métiers des matériaux souples. Chaque année, près de 10000 jeunes entre 15 ans à 25 ans sont formés par les Compagnons du Devoir. 80 sites ou « Maison des Compagnons »  sont répartis sur le territoire français.

Compagnons du devoir : des valeurs

L’apprentissage s’appuie sur trois lignes de force : se former à un métier, voyager pour découvrir de multiples méthodes et pratiques artisanales et enfin vivre en communauté.

Devenir Compagnon n’est donc pas seulement exercer un métier, posséder des savoirs faire. Devenir Compagnon, c’est aussi adopter une culture, être « intronisé » dans une communauté dont les valeurs se déclinent suivant ces principes : équité, assiduité, ponctualité, respect. Basés sur l’égalité avec la pratique du tutoiement quel que soit le statut hiérarchique ou le niveau, les Compagnons du devoir se vivent comme une communauté d’artisans. Ils se transmettent de générations en générations les méthodes de travail dans un esprit de partage.

Compagnons du devoir : des étapes

Les Compagnons du Devoir ont toujours cultivé les valeurs éthiques du travail bien fait, de la richesse de l’expérience pratique et de la transmission des savoirs faire.

La formation comprend trois étapes bien différenciées. En premier lieu, l’apprenti obtient un CAP dans un «centre de formation d’apprenti». S’il souhaite devenir  » aspirant », le jeune réalise alors une « maquette d’adoption ». Puis il partira faire son « tour de France ». Une fois son « tour de France » terminé, l’aspirant  démontre ses capacités professionnelles. Il achève son « Chef-d’œuvre de réception », véritable prouesse technique qui le consacre « Compagnons du Devoir ».

Compagnons du devoir : un tour de France formateur

En changeant de ville et d’entreprise plusieurs fois par an, l’apprenti Compagnons du Devoir acquiert une expérience éclectique. Le tour de France lui permet de façonner ses manières de travailler aux diverses approches régionales. Dorénavant et depuis les années 90, les Compagnons du Devoir proposent de nouvelles ouvertures sur le monde en développant les voyages à l’international. Ainsi, les aspirants consacrent cette année à l’international dans plus de 60 pays. Ce long périple d’apprentissage permet d’acquérir une notoriété dans le métier choisi en construisant un solide réseau professionnel et personnel. 90 % des jeunes Compagnons ont un emploi à l’issue de leur formation en alternance.

Compagnons du devoir : à la pointe des avancées technologiques

Si les Compagnons du devoir maintiennent la tradition et les valeurs du compagnonnage, leurs formations suivent un monde professionnel en pleine mutation. Après avoir ouvert leurs formation à de jeunes femmes qui se destinent à des métiers traditionnellement réservés aux hommes, les Compagnons du devoir soulignent le fait que les métiers d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec ceux d’hier. Ils entendent déconstruire des représentations erronées. Un forgeron ne soulève pas forcément un marteau sur une enclume ! La faculté des Compagnons du devoir à s’adapter à un monde en mouvement leur permet d’être admis à la Conférence des Grandes écoles. Pour les Compagnons du devoir, ceci marque la reconnaissance de la valeur humaine et professionnelle qu’ils défendent.

En 2010, les Compagnons du devoir ont été inscrits par l’Unesco sur la liste du patrimoine immatériel de l’Humanité.

 

Plus d’infos :

facebook  / site des Compagnons

 

Leave a Comment